• Quand t'es dans le désert

    "Moi je traîne dans le désert depuis plus de vingt-huit jours et
    Déjà quelques mirages me disent de faire demi-tour"

    - Jean-Patrick Capdevielle

    Je n'y vais plus, entre les maux de tête et la totale non envie de sortir, je reste dans mon bureau. L'eucharistie me manque, la communion des coeurs me manque, mais j'ai besoin d'être seul en même temps. Depuis la mort de Pierre je n'avais pas pu remettre les pieds dans son église, jusqu'au mercredi des cendres où je m'y suis trainé, par amour et aussi par besoin. Ca a été douloureux et depuis je me sens détaché, plus en église, plus en union de prière, absent. Je prie, oui, souvent ; je lis les évangiles tous les jours et recherche en quoi leur lecture peut changer ma vie, mais c'est tout. Plus envie de voir les gens et mon filleul et sa mère son bien les seuls chrétiens que je croise encore. C'est vraiment étrange comme sensation, je sens un travail, mais il est loin des envolée de joie, de sentiment d'élévation, c'est plus un polissage. J'ai l'impression que c'est le genre de période que nous traversons tous sur le chemin de notre vie spirituelle...et puis quel meilleur moment pour ca que celui du carême. J'espère en Pâques encore plus que chaque année, comme la fin d'une errance et un retour à la maison.

     

    Désert

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Mars 2010 à 23:35
    garde foi en toi
    La jeunesse n'est pas une période de la vie, elle est un état d'esprit, un effet de la volonté, une qualité de l'imagination, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l'aventure sur l'amour du confort. On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années : on devient vieux parce qu'on a déserté son idéal. Les années rident la peau; renoncer à son idéal ride l'âme. Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort. Jeune est celui qui s'étonne et s'émerveille. Il demande, comme l'enfant insatiable : Et après ? Il défie les événements et trouve de la joie au jeu de la vie. Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que votre doute. Aussi jeune que votre confiance en vous-même. Aussi jeune que votre espoir. Aussi vieux que votre abattement. Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif. Réceptif à ce qui est beau, bon et grand. Réceptif aux messages de la nature, de l'homme et de l'infini. Si un jour, votre coeur est mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard
    2
    Lundi 8 Mars 2010 à 23:39
    ..
    Dans son livre saint.. Le CORAN.. Le DIEU de l'univers.. De toutes les créatures.. assure.. "En toute chose nous avons créé un couple afin que vous réfléchissiez".. Traduction du Français Kasimirski au verset49 de la sourate51. Et c'est ainsi.. les étoiles doubles en galaxies.. Puis les couples d'éléctrons doubles.. Dans la nature.. Ainsi que toutes les créatures..
    3
    Mercredi 10 Mars 2010 à 17:56
    Courage
    Garde courage... Pâque est à la porte...
    4
    Jeudi 11 Mars 2010 à 11:38
    Lumière
    La période du Carême, comme celle de l'Avent d'ailleurs, ne sont jamais sans conséquence pour un chrétien, qu'il en ait conscience ou pas. Un travail en profondeur s'effectue, il faut se laisser faire et lâcher prise. La vie sacramentelle est d'une "efficacité redoutable" quant à la lente mais progressive transformation de l'être. Ce temps liturgique, comme le désert, est le lieu du combat contre moi-même et ce qui, en moi, n'est pas encore dans la lumière de Dieu. Mes réticences inconscientes et involontaires à ce combat, sont autant de douleurs que je m'inflige mais que je dois malgré tout vivre sereinement. En communion Seb ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :