• Mauvaise foi et absolutisme moderniste.

    Pascal a écrit dans ses Pensées (n°139) une phrase lapidaire sur l'objectivité : "Il y a assez de lumière pour ceux qui ne désirent que de voir, et assez d'obscurité pour ceux qui ont une disposition contraire"

    Le scientisme nie la réalité de la foi : ce ne seraient que des élucubrations de disciples exaltés. La conviction religieuse, si elle a lieu d'être, devrait provenir de convictions plus personnelles et quand bien même resteraient obligatoirement suspectées du pire...

    Mais lorsque l'examen critique prouve bien que pour de nombreuses personnes la foi a un sens profond qui change réellement leur vie et donc affecte leur façon de vivre au monde, surgit un autre extrême : le fidéisme, pour qui la foi est un acte d'autorité sans appel, qui n'admet aucune suspicion.

    Ces deux extrêmes me semblent suspects et limités, je persiste à croire qu'Il y a une voie entre scientisme et fidéisme, contrairement à ce que mes opposants, fidèles et scientistes essayent de m'imposer.

    Quand je réfléchis à voix haute dans un billet, quand j'écris mes doutes ou même que je dise ma surprise, je ne cherche à convaincre personne, je n'oblige personne à penser de la même façon que moi.
    Sinon je me contenterai de fermer mes commentaires, de me moquer de la bêtise des autres dans chacun de mes billets, de ne proposer que des pensées lapidaires détentrices de vérités absolues, j'attaquerai personnellement ceux que je considèrerai comme trop stupides et j'afficherai mon mépris envers eux ouvertement, ma pensée ne pouvant être que supérieure à la leur.

    Ça n'est pas parce que je crois en Dieu que ma pensée est obligatoirement de parti pris et marquée, ça n'est pas parce que je crois à l'importance de la laïcité pour vivre harmonieusement que je suis un moins bon croyant.
    Seuls les partisans d'un aveuglement total par les croyances d'un bord ou de l'autre, ce qui évite de remettre en cause ses propres croyances, peuvent se permettre de juger aussi absolument.

    Je ne suis pas Candide et Voltaire n'a créé ce personnage extrême que pour mettre en valeur l'idiotie des autres extrêmes.
    Puis, encore une fois, je vous renvois à Saint Thomas d'Aquin (lisez au moins sa fiche wikipedia) qui a démontré que foi et conscience sont loin d'être ennemies...le père de la pensée scolastique, une des bases principale de la pensée catholique (l'église se dit elle-même thomiste) a même insisté en affirmant que dans le doute le plus ultime, à la fin d'une réflexion honnête et scrupuleuse, la conscience doit avoir la prédominance.

    Bien entendu, malgré mes émotions, je m'interdis tout jugement sur les motivations profondes des cœurs de mes détracteurs, que Dieu seul connaît. Je dis juste que mon expérience me suggère que quitte à se tromper, il vaut mieux croire grâce à des signes discutables, que de résister à Dieu ou à une forme de pensée construite à cause d'une raison bornée.
    Le doute doit prévaloir, la réponse choisie ne peut être qu'intime et non critiquable.

    Pour ma part en tous cas, je pense que le jeu en vaut la chandelle...

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :