• Conneries sur conneries...

    Au vu des dégâts que j'ai provoqué chez Cyril, voir ses derniers billets, je pense qu'il vaudrait mieux que je ferme ma gueule pendant quelque temps. Le temps d'y réfléchir, de discerner, de comprendre comment je me suis planté. L'enfer est bien pavé de bonnes intentions.J'ai beau poser et choisir mes mots avec réflexion et soin, m'arrêter pour me tourner vers Lui à chaque moment de doute, j'arrive encore à blesser des gens, bien que je ne le veuille pas. Je ne suis pas un bon aidant, pas un bon commentateur et visiblement même ce que je poste ici blesse des personnes. Cyril, Benoit, pardonnez moi !


    "Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré, ne jetez pas vos perles devant les porcs, de crainte qu'ils ne les piétinent, puis se retournent contre vous pour vous déchirer" Evangile selon Saint Matthieu - 7, 6

    Voilà bien des paroles étranges de la part de Jésus. On pourrait être tenté de les édulcorer par tous les moyens, mais elles résistent, et c'est tant mieux, car elles mettent bien en relief le réalisme évangélique du Seigneur.

    Jésus prêche la douceur, et montre l'exemple, mais à ses yeux la naïveté n'est pas une vertu, surtout quand elle compromet son message. On risque parfois de faire plus de mal que de bien en proposant hors de propos les perles du Royaume. Seul Dieu a le pouvoir de bousculer à bon escient les réticences de l'homme. Quant à nous, qui ne sommes que ses messagers, notre témoignage réclame beaucoup de discernement. Il y a des délais que nous ne pouvons pas raccourcir, des crises que nous devons respecter, des impuissances et des allergies dont nous devons tenir compte.

    Et Jésus nous donne deux critères pour reconnaître les moments où il faut attendre prudemment :

    - il ne faut pas présenter des perles si elles doivent être piétinées, par mépris ou par inconscience ;
    - il ne faut pas provoquer inutilement l'agressivité des hommes, même en leur proposant les choses saintes de Dieu ou de l'Évangile.

    - Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris

    Il faut que je retienne cà.

  • Commentaires

    1
    cyril
    Mardi 3 Juin 2008 à 18:45
    Oublions...
    Sébastien, tu ne m'as pas blessé. Ce que j'ai pu dire de violent, que tu as pu lire et j'espère que peu de gens ont lu car je l'ai supprimé, ne vient pas de toi, de ce que tu as pu dire. J'étais dans un état second lorsque j'ai écris tout ça et se sont là des choses que je dégueule de temps en temps... je te demande de tout oublier. Après pour ce que tu as pu dire, moi je n'y vois aucun inconvénient. Je ne pense pas que tous les deux nous soyons en accord sur certains sujets mais cela n'a aucune importance, ce qui compte c'est d'exposer ces arguments pour inviter l'autre à se remettre incéssamment en cause de façon à ne pas rester figer. Là ou j'ai été surpris c'est le ton de le discussion avec Benoît. Tout ça pour dire que je ne t'en veux pas, et ce que tu diras sera toujours le bienvenu dans la mesure ou tu n'attaques pas une personne. cordialement
    2
    Mardi 3 Juin 2008 à 19:41
    Les bons mots au bon moment
    Comme toi, je me dis souvent que je suis un bien mauvais aidant et un bien mauvais instrument pour Dieu ! Pas simple de faire preuve d'un peu de bon sens, ou de beaucoup de psychologie quand on essaie d'accompagner quelqu'un sur le chemin qui est le sien. Personnellement je n'y arrive pas encore ! En plus si l'autre a mal, souffre, il est comme sourd à ce qui peut être dit même avec beaucoup d'amour. A une période où j'allais très mal, où l'avenir m'apparaissait complètement bouché, un ami a tenté de m'aider. Ce qu'il me disait était théologiquement et spirituellement juste, cela ne faisait aucun doute, pourtant cela tombait à côté, blessait plus encore. Depuis dans l'Evangile je suis impressionné par la délicatesse dont Jésus fait preuve à l'égard de ses disciples. Il y a ces moments où il comprend que les coeurs ne sont pas encore prêts à entendre parler de la passion, et ensuite un moment où il sait qu'ils sont prêts. Les paroles de la Bible ou de l'Evangile ne sont pas magiques. On ne peut pas les appliquer sur les blessures comme ça, sans précautions. Car alors on les empêche de porter vie. Amicalement,
    3
    Mardi 3 Juin 2008 à 22:26
    IN CHRISTO
    Bonjour Sébastien: je découvre ton post pais je viens de commenter chez Cyril: tu peux aller voir... Pour ce qui est des commentaires, j'ai simplement trouvé un biais de modération, laquelle n'existe pas chez skynet. Il y a tjs la possibilité de me joindre via "écrivez moi" et de me demander de publier. D'ailleurs, je reçois un certains nombre de messages par là.
    4
    Mathieu
    Mercredi 4 Juin 2008 à 14:09
    Ca me rappelle ...
    ... l'histoire des feux tricolores dans le code de la route : Apprendre à discerner quand c'est rouge, quand l'autre n'est pas prêt à écouter ni à entendre. Alors il vaut mieux se taire et accompagner en priant seulement. Puis vient le moment où le feux bascule à l'orange, alors on peut tester ce qui est recevable par l'autre et commencer le dialogue, avec beaucoup de doigté et de délicatesse. Enfin un beau jour, le feu passe au vert, et un vrai partage dans la communion peut alors s'instaurer. Amicalement ...
    5
    Ephrem
    Samedi 7 Juin 2008 à 16:02
    Cher Furyo...
    La seule chose qui importe vraiment sur un blog, c'est l'authenticité. Or la tienne est patente. Se livrer comme on est, sans imposture. Sortir de soi, se dire, s'écrire : l'autre (le lecteur) y trouve alors la nourriture qui lui convient, et que toi tu ne sais pas d'avance. Surtout ne cherche pas à convaincre. - Moi, en tout cas, j'aime bien ton caractère "furiosus" ; j'en prends ce qui me nourrit, et je laisse le reste. Et il y a presque toujours quelque chose de comestible, dont je fais mon profit. Merci, Boanerges, fils du Tonnerre!
    6
    Vendredi 8 Août 2008 à 21:35
    Imperturbable
    Le moins qu'on puisse dire, est que nous n'avez pas conscience du monde et votre religion n'existe que grâce aux malheurs du monde. S'il n'y avait pas de malheurs, que penseriez-vous? Physiquement et donc mathématiquement, le mal domine sinon il n'y aurait aucune maladie. Et si le mal était en fait, le bien? Réveillez-vous car vous ne changerez rien au mouvement imperturbable de la nature.
    7
    Vendredi 8 Août 2008 à 21:43
    Dieu?
    C'est trop facile de dire que nous sommes les fils de dieu. C'est gratuit. Chacun peut inventer n'importe quoi au nom de n'importe qui. Je dirai plutôt que nous sommes tous des fils du diable. Tout l'indique. Je vous le répète, le mal est dominant et vous aimez panser pour y puiser votre ego. Alors vive le diable pour vous servir.
    8
    Vendredi 8 Août 2008 à 21:53
    Dieu?
    Dieu dit: "Je suis un Dieu jaloux. (Déjà ça ne colle avec les dix commandements. C'est pas beau d'être jaloux) Ensuite il dit: " Vous n'aimerez pas autre dieux que moi-même". Gonflé quand même et cela veut dire qu'il n'est pas le créateur unique et qu'une bande de dieux s'est arrangé pour nous créer. Et les dinosaures, c'est du pipeau ça? Un dieu invisible arrive et créer l'homme par magie? Croire en dieu est une faiblesse et cela n'a aucune incidence sur l'avenir. Sauf d'en faire des guerres. Alors dieu, laissez-le dans un placard de votre cerveau car il fait du mal partout.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :