• Comme Benoît à choisi de ne modérer mon commentaire...

    ...je réponds ici à son billet et les commentaires sucités.


    Bon, on arrête le trip victimaire ?

    Est il possible de sortir du drame et de ses excès pour pouvoir discuter ?



    @Benoît, encore une fois, il me semble que le décalogue, bien qu'il soit précieux et vital, a été remplacé par deux commandements que le Christ lui-même nous a enseigné :

    "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ta force et de toute ta pensée"

    - Marc 12, 28-34
    et
    "Voici mon commandement : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés"

    - Jn 15, 12

    Le Christ sans abolir le chemin parcouru au par avant par le peuple de Dieu, qui a eu besoin de lois pour grandir, nous libère du carcan de ces lois par ses nouveaux commandements...ce que Paul commentera par :

    "Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.
    La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue."

    - GA 3, 24

    Alors, oui, soyons clairs, chacun d'entre nous à à coeur le "tu ne tueras point" et oui, un avortement est pour tout le monde un acte grave, un acte blessant, un acte qui touche à la dignité humaine...nous sommes tous d'accord sur celà, ne l'oublions pas.

    Mais, la foi, guidée par notre conscience et notre réflexion éclairée par la foi nous permettent de ne pas appliquer aveuglément ce commandement.

    Elle nous empêchent en tous cas de nous réfugier derrière en abdiquant toute réflexion, par conformisme, par peur, par respect démesuré tendant à l'idolatrie...

    De plus, la charité, l'amour de l'autre, nous pousse à d'abord aider, soutenir l'autre, pas à le rejeter cruellement en le montrant du doigt devant l'opinion mondiale.

    Après, je n'ai pas envie de rentrer dans un débat qui me semble stérile sur savoir ce qui était prioritaire, un être vivant de 9 ans, martyr dans sa chair, victime d'un des pire crime qu'un humain peut infliger à un autre ou deux futurs enfants pas encore nés, pas encore biologiquement complets, très loin d'être conscients.

    Franchement, je n'ai pas de réponse à cette question et je ne pense pas qu'il y en aie...Je prie pour ne jamais me retrouver dans une telle situation...

    Je crois même qu'avoir des certitudes absolues sur ce que les autres doivent faire pose un problème, d'un point de vue moral et éthique...

    J'aurai aimé que le premier réflexe de notre église soit d'aider, de soutenir, d'aimer, de prier pour la victime, pour son bourreau...



    @George, réalises tu que les gens à qui tu t'oppose aussi violemment peuvent utiliser eux aussi cette phrase (Jean 15:19) pour eux ?


  • Commentaires

    1
    benoît
    Lundi 16 Mars 2009 à 00:34
    conformiste, moi?
    ¨Tu rêves! et arrête stp ta psychanalyse de boulevard (désolé de le dire de manière aussi abrupte, j'essaie de m'adapter à ton langage. Personne ne peut t'obliger à te remettre en question.
    2
    Seb
    Mardi 17 Mars 2009 à 23:48
    Non, juste égocentrique...
    De quelle psychologie tu parles ? Où à tu vu que je parlais de toi ? Pourquoi te sens tu toujours visé quand on écrit quelque chose qui ne va pas dans ton sens ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :